Refermer le menu

Jean-Michel Le Blanc

infos pratiques

Journaliste - Président de l'Institut de twittérature comparée Bordeaux-Québec - Sud Ouest

A l'occasion de la Semaine Digitale, "J'interviens à la table ronde sur la twittérature (avec ou sans rature) et dans la classe de maître sur la twittérature, avec J-Y Fréchette."
Jean-Michel Le Blanc est le fondateur de l'Institut de Twittérature Comparée de Bordeaux : "Cette brève présentation est entièrement écrite en phrases de 140 caractères pile (vous pouvez recompter), mais je ne suis pas psychorigide. Je suis président de l'Institut de twittérature comparée Bordeaux-Québec, j'ai huit enfants, je suis gaucher, ma tignasse est poivre et sel. J'ai 52 ans et je n’ai pas d’animal domestique, je suis titulaire de la médaille d'honneur (bronze) pour actes de courage et de dévouement.
Mon premier livre, « Le Compte des mille et un tweets » compte très précisément 140.140 caractères, soit 1.001 tweets en bonne et due forme.
Je puise mes racines dans la langue française car je suis né à Caudéran, une commune qui n'existe plus aujourd'hui, phagocytée par Bordeaux.
Depuis mon premier tweet, dimanche 21 juin 2009 à 4h56 du matin, je n'écris que des histoires en 140 caractères exactement, espaces compris.
La twittérature est un genre qui me sied. Je peux à la fois partir dans tous les sens et me retrouver dans mon espace intime et confortable.

Trois bénéfices principaux qui seront retirées par l’audience
- La twittérature est à la rature, ce que le gazouillis est au chant du coq. Les uns vantent l'alexandrin, d'autres jouent du marteau-piqueur.
- Twittérature n'est pas humour. Il serait absurde de se rire de tout alors que l'on peut très bien se moquer de quiconque. Et réciproquement.
- La twittérature ne contraint pas le twittérateur, mais elle se joue de la contrainte. Une seule contrainte, être fier de ses propres tweets.

AddThis Sharing

Hide
Show