Refermer le menu

Rendez-vous avec les objets communicants : drones, robots, smartphones et capteurs.

infos pratiques
Rendez-vous avec les objets communicants : drones, robots, smartphones et capteurs.
Interview de Serge Chaumette et Vincent Autefage LaBRI, Université de Bordeaux.
DW : Les objets connectés : est-ce un mot à la mode ? Ou une tendance de fond ?
V.A. : Un peu des deux ! La démocratisation du smartphone ainsi que la miniaturisation des systèmes de communication a fait exploser le principe du tout connecté. En parallèle de ce phénomène, les réseaux sociaux et les plateformes de médias en ligne (Youtube, Instagram, etc.) ont accéléré la tendance. Dans notre domaine de prédilection, celui des drones, l'entreprise Parrot avec son Ar.Drone 2 et maintenant avec ses deux nouveaux arrivants (Rolling Spider et Jumping Sumo) a su surfer sur toutes ces vagues en même temps : les appareils se pilotent par smartphone, les vidéos et photos prises peuvent être quasi- instantanément transférées sur les plates-formes médias en ligne.
    
S.C. : Au sein de l’équipe MUSe (Mobilité, Ubiquité, Sécurité) du LaBRI (Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique) nous étudions les objets connectés depuis maintenant de nombreuses années. Venant du monde du calcul distribué dans lequel on fait coopérer des stations connectées sur un réseau afin de résoudre des problèmes de grande taille et/ou de suppléer à la panne éventuelle d’une machine, nos travaux ont naturellement évolué, comme ceux de bon nombre de chercheurs du domaine, vers les objets/systèmes connectés et donc communicants. Nous avons ainsi travaillé sur téléphones mobiles, réseaux de capteurs et depuis maintenant plus de cinq ans sur des objets de type robots et drones aériens. On ne peut effectivement que constater aujourd’hui cette course au tout connecté. Mais la question fondamentale qui demeure est : tout connecté, comment, et pour quoi faire ? Je pense que cette tendance affirmée n’a de sens et donc d’avenir que si l’on sait répondre à ces questions. C’est de notre rôle de chercheurs d’y contribuer.
    
DW ; Qu’est-ce qu’un essaim d'objets connectés ?   

S.C. : Un essaim est un ensemble d’objets la plupart du temps en formation compacte et par nature coopératifs. Cette notion est différente de celle de flotte, comme les flottes de mobiles d’une entreprise. Si on pense à une flotte de bateaux par exemple, il y a un navire amiral qui indique à chaque autre bateau ce qu’il doit faire (le navire amiral est le « bâtiment ... du chef d’une formation navale » - Larousse -). Dans un essaim, aucun participant n’a de rôle privilégié. Ce terme est emprunté au vocabulaire de la zoologie où il est utilisé pour désigner un « groupe d’insectes volant ou vivant ensemble » - Encyclopedia Universalis -). De la même façon qu’on parle d’insectes sociaux, on pourrait donc parler d’objets sociaux. Les membres d’un essaim coopèrent pour réaliser un objectif global à l’essaim, chacun adaptant sa propre mission, constituante de la mission globale, grâce à des échanges locaux avec ses voisins proches.
    
V.A. : Dans le cas des drones, les essaims sur lesquels nous travaillons sont aussi autonomes dans le sens où chaque appareil se pilote tout seul, il n'y a pas de pilote au sol qui dirige l'engin. Il n'y a pas non plus d'entité centrale qui contrôle tous les appareils en même temps. Cette approche centralisée, différente de la nôtre, est celle qui est privilégiée dans beaucoup de vidéos que l'on peut voir sur le web (drones danseurs par exemple). Néanmoins, elle n'est pas réaliste dans un contexte opérationnel réel. Notre approche quant à elle est dite distribuée. Elle utilise des communications directes entre les appareils de l’essaim, ce qui nous garantit entre autres une meilleure résistance aux pannes potentielles.
    
DW : Pouvez-vous nous parler du projet sur lequel vous travaillez actuellement ?
S.C. : Nous avons de nombreux projets en cours ! Un des directions que nous explorons aujourd’hui est celle des flottes hétérogènes (multi-essaims) de systèmes mobiles communicants. Nous étudions formellement et mettons en œuvre des scénarios impliquant des engins ou des essaims de natures différentes : drones aériens, terrestres, sous-marins, capteurs, mobiles, etc. Chaque catégorie pose ses problèmes propres. Par exemple le schéma de déplacement (on parle de modèle de mobilité) d’un robot terrestre, contraint par les routes existantes, est fondamentalement différent de celui d’un drone aérien (quasiment) non contraint. Faire coopérer de tels systèmes introduits un niveau de complexité supplémentaire. Mais Vincent peut vous parler plus particulièrement de ses travaux de thèse qui contribuent à ce type d’approche.
    
V.A. : En effet, je travaille notamment sur un scénario de nettoyage de parc à l'aide d'un multi-essaim de drones aériens et de robots terrestres. Les drones repèrent des déchets au sol et transfèrent leur position aux robots terrestres qui sont chargés de les nettoyer ; chaque robot possédant sa spécialité (verre, papier, plastique, etc.). Ce scénario étant bien évidement réalisé de manière entièrement autonome, les décisions sont toutes réalisées localement à chaque engin et il n'y a pas de pilote.
    
DW : Dans votre animation il y aura une partie théorique mais aussi une illustration très parlante. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette démonstration ?
S.C. : Le message que nous souhaitons faire passer est multiple. Un existant : il y a aujourd’hui un nombre croissant d’objets connectés et cette tendance ne fait que s’amplifier. Des perspectives : les applications commencent à se dessiner. Des problématiques : la sécurité des informations, la collecte et l’utilisation d’informations personnelles, la sécurité au sens physique du terme, etc. Il reste, on le constate donc, de nombreux travaux à mener aussi bien théoriques que pratiques. Les grands axes identifiés au niveau européen (type H2020) affichent d’ailleurs clairement ces points comme des problématiques clefs.
    
V.A. : Nous présenterons un tour d'horizon de nos travaux de la manière la plus accessible possible. En plus des aspects fondamentaux, nous présenterons un état de l'art assez complet des drones en France, en ce qui concerne les applications bien sûr mais également les aspects législatifs et économiques.
    
Petite information : un drone nous accompagnera sur scène, il sera piloté de manière originale...
   

AddThis Sharing

Hide
Show