Refermer le menu

Les “hackers” de ANTS lisent l’avenir dans les données

infos pratiques
Les “hackers” de ANTS lisent l’avenir dans les données
ANTS, jeune entreprise bordelaise met au point des algorithmes prédictifs pour apporter des services utiles aux citoyens ou aux entreprises.
Photo : Alexandre Vallette, fondateur de l'entreprise ANTS

Les données numériques, leur exploitation et leur utilisation constituent une réalité protéiforme souvent désignée par le terme (un peu fourre-tout) “big data”. Or les savoir faire déployés sont aussi divers que les marchés à investir. Des startups de Bordeaux nous en font régulièrement la démonstration.


Chez ANTS, qui officie dans les murs du Node (l‘espace de coworking de la Ville de Bordeaux), on se place à la croisée des chemins de l’innovation pour élaborer, à partir de l’analyse des données, des modèles prédictifs qui serviront de supports pour des services très innovants à forte valeur ajoutée. Un positionnement mâtiné “d’activisme citoyen” selon les termes des créateurs : Ants veut “résoudre des problèmes à fort impact d’un point de vue du bien commun.”

Le projet en cours “6element” a pour but la modernisation des déchetteries de la Gironde. “Des volumes astronomiques de déchets sont incinérés ou enfouis dans le sol chaque mois, pour moitié issus des déchetteries. Pour enterrer moins de déchets, il faut qu’ils soient mieux triés donc que l’affluence du public soit régulée et les bennes disponibles. Nous avons la capacité de prédire l’affluence grâce à l’analyse prédictive des données”, illustre Alexandre Vallette.
“Il n’y a rien de magique ; une part des phénomènes a toujours des racines purement rationnelles et causales : la proximité d’un espace vert, la surface totale de jardins privés de la commune, la météo de la semaine dernière, la consommation d’eau, le nombre d’articles de jardin vendus au cours de la semaine... sont autant de phénomènes corrélés à l’apport de déchets verts dans les déchèteries. La liste de tous les paramètres corrélés nous permet de mesurer et construire un modèle mathématique capable de prédire des périodes de forte affluence”.

Pour ANTS, “la data n’est qu’un médium pour résoudre un problème” et “les infrastructures publiques sont très en retard en terme d’IT”. Le terrain de jeu trouvé, il a motivé la création de l’entreprise qui se positionne comme un “Open innovation lab” : à la fois startup et labo de recherche.

Nous sommes des hackers mais au sens positif du terme : c’est quelqu’un qui va détourner l’usage normal de quelque chose pour lui donner une autre utilité. Nous avons inventé un capteur afin de prévoir le remplissage des bennes en déchetteries. Il comprend une unité de calcul interne, une caméra et de l’intelligence artificielle. Nous disposons maintenant de données fiables standardisées et en temps réel. L’étape suivante est de fournir une application mobile gratuite à l’usager qui lui indiquera la déchetterie et le créneau horaire le plus favorable pour se débarrasser de ses déchets”, conclu Alexandre Vallette.

L’analyse prédictive des données brutes pour améliorer la performance économique, technique ou humaine des organisations est l’une des grandes promesses du “big data”.
Selon une étude du cabinet d’études Transparency Market Research (Predictive Analytics Market 2013-2019) publiée en novembre 2013, le volume global des ventes de solutions logicielles d’analyse prédictive dans le monde atteindra 6,5 milliards de dollars à l’horizon 2019. Un segment en fort taux de croissance. Ces méthodes seraient déployées essentiellement à des fins de retours rapides sur investissement et concerneraient principalement l’analyse des comportements des consommateurs, la lutte contre la fraude et la maîtrise des risques, et le développement des offres en mode cloud.

AddThis Sharing

Hide
Show