Refermer le menu

La vidéo au rendez vous de la Data

infos pratiques
La vidéo au rendez vous de la Data
Photo : Sébastien Cordon, Directeur associé - Agence LINK

Sébastien Cordon interviendra lors la conférence "Les tendances vidéos dans la communication digitale" à l'occasion de La Nuit du Web et de l'Innovation, le 17 octobre.
DW : La Data est la clé pour l’efficacité de toutes les actions marketing aujourd’hui. Qu’en est-il de la vidéo ?
 
SB  : La Data est aujourd’hui au coeur du dispositif vidéo sur internet. En effet, au-delà de sa diffusion propre, la vidéo se nourrit d’une audience ultra qualifiée que la Data lui délivre en temps réel.
 
Pour mieux comprendre le changement fondamental qu’offre la Data, il faut comprendre le schéma des campagnes avant son existence. En dehors d’Internet, les dispositifs médias vidéos classiques s’articulent sur des moyennes. Pendant longtemps, les audiences étaient ciblées selon de larges panels offrant aux annonceurs des retours chiffrés selon le principe du « panier moyen »: La « ménagère de moins de 50 ans » avait alors tous les pouvoirs !
 
Aujourd’hui, la Data permet d’avoir une vision extrêmement précise de la cible que l’on souhaite impacter tant du point de vue démographique que géographique ou encore en relation avec ses centre d’intérêts. En sortant de la « moyenne », la Data plonge la vidéo dans l’ère de la personnalisation des messages organisant au passage une relation sociale entre l’internaute et la marque. Il devient donc plus évident d’orienter son discours de marque lorsque la diffusion des messages en vidéos ne s’adresse qu’à sa (ses) cible(s). 
 
Par exemple, lorsque une marque de raquette de squash s’adresse exclusivement à l’ensemble des internautes qui regardent des vidéos de squash sur YouTube, il optimise sa diffusion en imprimant son discours devant les yeux de ceux qui ont manifestement comme intérêt le squash.   
 
 
DW : Youtube, est aujourd’hui le vecteur n°1 sur le web. Comment l’utilisez-vous ?
 
SB : YouTube est notre « terrain de jeu » quotidien. Nous utilisons cette plate-forme de diffusion vidéo comme un « propulseur ».Si nous devions comparer une vidéo sur internet à une fusée, nous dirions qu’après l’avoir construite, il faut la faire décoller. 
YouTube est un peu notre « rampe de lancement » permettant aux vidéos que nous avons réalisées pour nos clients, de se mettre en orbite autour des internautes qui constituent la(les) cible(s) de l’annonceur. 
La plate-forme vidéo de google offrant des outils puissants, nous qualifions les internautes pour faire atterrir nos messages vidéos dans leur player.

 
DW : Vous prônez la prise en compte des contraintes de diffusion dès la conception des films… Qu’est ce que cela veut dire ?
 
SB  : La consommation du web est déjà une contrainte en soit qu’il faut prendre en considération. 
Regarder une vidéo sur internet peut se faire à partir de plusieurs terminaux possibles : ordinateur, tablette, smartphone.
Mais c’est une constante, sur n’importe quel terminal, l’internaute que nous sommes devenu digère l’information vidéo à moins d’un mètre de son écran et la plupart du temps seul (préférant le partage sur les réseaux sociaux que celui In Real Life).
En conjuguant cette analyse à un dispositif narratif direct et simple, 2 Youtubers, Norman et Cyprien connaissent un succès sans précédent en racontant leurs aventures face caméra. Tous 2 s’adressent directement aux internautes créant une irrémédiable proximité avec ces derniers. C’est l’exemple parfait de contraintes de diffusion qui ont indéniablement influencé la conception (et le succès) des vidéos des 2 Youtubers.
 
La prise en compte de la diffusion de vidéos sur internet ne s’arrête évidemment pas là. En effet, de nouveaux dispositifs pour la diffusion vidéo apparaissent exclusivement sur internet. Le « call to action » ou « l’appel à l’action » en est l’un des meilleurs exemples.
L’appel à l’action est une fenêtre cliquable qui apparait durant la diffusion de la vidéo. Elle permet aux annonceurs de rediriger les internautes vers le site internet de leur choix. Ce dispositif propre à la diffusion sur internet peut parfaitement être anticipé lors de la conception et la rédaction du message afin d’optimiser impact. 
 
Un autre exemple que nous connaissons tous… le fameux PASSER L’ANNONCE dans 5 secondes. 
Cette fenêtre implantée par YouTube permet à l’internaute d’éviter la publicité et ainsi de regarder son contenu vidéo plus rapidement. 
En tant qu’annonceur/diffuseur conscient de cette contrainte, il faut impérativement faire entrer l’internaute dans l’univers de la marque en quelques secondes… Pas de temps à perdre avec un générique ou un logo trop long !
La vidéo doit faire entrer immédiatement l’internaute dans l’atmosphère et la problématique du contenu.

DW : Peut-on dire aujourd’hui que tout le monde peut utiliser la Data au service de ses campagnes vidéos ?
 
SB  : On peut considérer que tout le monde peut utiliser la Data pour ses campagnes vidéos. Mais il ne faut pas oublier que tout le monde est utilisé pour la Data. 
Alors que l’on soit internaute ou annonceur, il faut se réjouir d’avoir un contenu publicitaire adapté à nos attentes et nos intérêts.

AddThis Sharing

Hide
Show