Refermer le menu

F(utile), la démesure dans la mesure

infos pratiques
F(utile), la démesure dans la mesure
Photo : Antoine CHOTARD, Responsable Veille et Prospective -  AEC, agence aquitaine du numérique.

DW : Les stars monétisent aujourd’hui des flux de données générés par leur activité quotidienne, aurons-nous demain tous 5 centimes de célébrité à vendre ? 
Qui sait ! Nos routines numériques à travers nos usages du web sont toujours plus détaillées et toujours plus scrutées. Elles ont assurément du potentiel.

Avec les objets connectés, les stars ou les grands sportifs y verront sûrement un nouveau débouché de monétisation de leur image et de produits dérivés : Vis ma vie de Star, Daily Gaga régime, Cours comme Miley, Sers comme Federer, que sais-je encore !
A l'inverse, des entreprises comme Datacoup propose déjà outre atlantique de vous racheter des données afin d’améliorer des algorithmes prédictifs et d’améliorer leurs services. Et l’on connait l’appétit des gros du numériques à acquérir des start-ups pour le potentiel de données comportementales et contexuelles qu’elles représentent.

 

Vous savez, les distributeurs de cinéma mettent bien en valeur sur leurs affiches les tweets de blogueurs, alors pourquoi Decathlon ne mettrait pas en valeur les performances de la famille sportive et connectée ? La mesure de soi et les modèles de services qui découlent de l’utilisation de nos données comportementales portent en eux la nature des usages et des services ultra personnalisés de demain. « Ce qui ne se mesure pas ne s’améliore pas » comme l’affirmait il y a fort longtemps le physicien Lord Kelvin ! Cette surabondance de statistiques débarque aujourd’hui dans notre pratiques quotidiennes : comme des assistants, des guides pour nos actions, notre réputation et pour les start-ups et géants du numérique comme une matière première pour aiguiller les marchés et les services.

 

DW : Pourquoi avez-vous choisi ce sujet ? 
La connexion des objets à Internet, qu’ils soient « wearables » ou capteurs domotiques, va renforcer largement la production de statistiques sur nos comportements quotidiens et devenir courante. Il n’y a qu’à regarder proliférer les articles dans des magazines de mode et de bien-être depuis maintenant près de 2 ans. Et il faut voir l’enthousiasme que les objets connectés provoquent car ils sont le reflet de vrai projet industriel à une heure ou la France cherche sa méthode de réindustralisation. Les citoyens n’ont pas fini d’hésiter entre s’abandonner à des services addictifs – s’ils présentent une forte valeur ajoutée ou un caractère identitaire fort – et conserver un peu de vie privée, d’anonymat. Difficile d’imaginer un succès pour ces nouveaux services sans un minimum de confiance numérique.

L’analyse de ces données va profondément modifier la perception de l’organisation du monde et débouchera sur de nouveaux modèles économiques plus ou moins vertueux, invasifs, plus ou moins citoyen, verts, ou complètement contraignants.  Les sources de production de ces données vont se diversifier, se massifier et les opportunités pour développer du business également. Il faut donc se préparer aux ruptures que cela va entraîner dans beaucoup de branches d'activités ou nouveaux modèles d'affaires qui vont émerger.

 

S'INSCRIRE A LA NUIT DU WEB ET DE L'INNOVATION 


 

AddThis Sharing

Hide
Show