Refermer le menu

Collier connecté pour animaux : un marché potentiel de 150 000 nouveaux clients

infos pratiques
Collier connecté pour animaux : un marché potentiel de 150 000 nouveaux clients
Octopepper, ou l’entreprise bordelaise experte en animaux de compagnie : chiens, chats et même lapins ou canaris… Lancée fin 2011, la plateforme sociale Yummypets rassemble aujourd’hui 280 000 membres, des propriétaires d’animaux invités à partager au fil de la journée les petits et grands événements de leur compagnon à poils et à plumes.

Octopepper témoignera à la Grande Jonction le 17 octobre prochain.
Succès immédiat, et pérenne. Car, chaque jour, la base de données de Yummypets s’enrichit d’informations très pertinentes pour des acteurs (industriels, laboratoires, médias, chercheurs, etc.) positionnés sur le marché de la vie animale : nourriture, santé, objets. Sur un plan commercial et marketing, le comportement des maîtres n’est pas moins utile à scruter.

“Il est évident que nous sommes en mesure d’analyser les comportements de nos membres à partir de leurs comportements et interactions sur la plateforme. Mais nous ne vendons pas notre base de données car elle constitue le lien de confiance avec nos utilisateurs. En revanche, nous avons noué des relations avec des entreprises intéressées par cette connaissance. Les propriétaires d’animaux de compagnie constituent une communauté jusqu’alors mal identifiée et aux habitudes méconnues”, explique Matthieu Glayrouse. Ces relations assurent aujourd’hui le modèle économique de Yummypets.

Il y aurait presque autant d’animaux de compagnie en France que d’habitants : environ 63 millions, qui s’épanouissent dans près de 48% des foyers… Pour Yummypets, l’horizon paraît sans limite.

Ainsi, après le réseau social, l’équipe d’Octopepper a eu l’idée d’un collier connecté pour animal qui sera relié à son profil sur le réseau social Yummypets. Il sera commercialisé l’année prochaine en collaboration avec l’entreprise Orange et un acteur mondial de l’industrie animale.

Le collier connecté relève de cet “internet des objets” qu’on présente comme une nouvelle révolution industrielle : l’ère est à la délivrance de services personnalisés, et donc à très forte valeur ajoutée, permis notamment par l’analyse des données numériques d’usage de ces objets. Ici, les données personnelles de l’animal, sa géolocalisation, ses données d’activité et de santé.

“Pour passer le cap de l’industrialisation des process, nous avions besoin de nous associer avec un partenaire industriel. Orange, via sa technologie Pops, équipe le collier avec une carte Sim et nous permet d’assumer techniquement les montées en charge de la plateforme. Avec eux, nous allons adresser un marché de 150 000 nouveaux clients en Europe”, précise Matthieu Glayrouse.

A partir de ces données, l’entreprise de télécommunications pourra envisager de délivrer de nouveaux services à ses clients actuels,
Le partenariat avec l’industriel animal ouvre, quant à lui, des perspectives de marché mondial.

L’horizon, pour Octopepper, parait vraiment sans limite.

AddThis Sharing

Hide
Show