Refermer le menu

Le Design : évolution des objets et révolution des usages

infos pratiques
Le Design : évolution des objets et révolution des usages
Aujourd’hui, l’Athénée municipal a accueilli la conférence « Le Design des objets interactifs » : au programme, des discussions autour de la thématique, des retours d’expériences d’entrepreneurs exerçant dans le milieu du Design mais aussi des présentations de projets étudiants.
Pour la majorité des gens, le Design est l’esthétisme et est rattaché à un objet. Or, sans donner une définition précise et arrêtée de ce que le Design, les orateurs ont rappelé que ce terme désigne une réflexion autour d’une idée et un processus de création. Aujourd’hui on parle donc de Design d’objets bien sûr, mais aussi de Design de services, de Design d’interaction…



Présents pour animer l’après-midi : Josy Reiffers, Adjoint au maire chargé de l'emploi, du développement économique, de la recherche et de l'enseignement supérieur, du développement de la Cité digitale, Nicolas Gaudron, designer, professeur à l'Ecole polytechnique, une étudiante (porte voix !) de Stéphanie Cardoso, Maître de Conférences en Design à l'Université de Bordeaux (cette dernière étant temporairement aphone !) et Bruno Dubarry, fondateur et gérant de l'agence Intenses.

Le Design nous permet aujourd’hui :
  • D’apporter de l’esthétisme bien sûr mais aussi,
  • De réinventer des expériences d’achat ou d’usage
  • D’associer des codes culturels à des objets ou des services
  • Ou, plus concrètement, pour prendre un exemple concret se rattachant à Bordeaux : de mettre en valeur le patrimoine d’une ville



Des étudiants du Master de Design de Bordeaux 3 sont venus illustrer cette conférence en présentant des projets issus d’un appel à la valorisation du patrimoine bordelais lancé par la Ville (« Mémoires vives »).

On citera notamment les projets de « l’Insolente Bordelaise » et de « Mont Bordeaux » :
L’insolente Bordelaise a pour objectif de lier mémoire, Ville et patrimoine sous l’angle de l’insolite. On découvre ainsi la ville sous un angle différent en visitant un disquaire installé dans une ancienne charcuterie ou découvrant par exemple où se situe la borne « point zéro » dans le centre ville.
Le Mont Bordeaux, quant à lui permet également de (re)découvrir la ville d’un point de vue différent, en prenant de la hauteur ou s’aventurant sur la Rive Droite ! Tout un programme !

Retrouvez la conférence en gazouillis :

AddThis Sharing

Hide
Show