Refermer le menu

L’innovation, un challenge pour les directions des systèmes d’information

infos pratiques
L’innovation, un challenge pour les directions des systèmes d’information
Comment favoriser l’innovation ? Comment manager en innovant ? Comment anticiper ? Quelles conséquences sur les pratiques, les métiers, mais aussi sur la qualité et la sécurité des Systèmes d’information ?
Inaugurée par Constance Mollat, conseillère municipale déléguée auprès de M. Reiffers pour la communication et la diffusion des savoirs de l'université, la conférence qui s’est tenue au CAPC, a été animée par Claude Malaison, Président d’ÉmergenceWeb, entreprise spécialisée en communication interactive et gestion de la connaissance. Ce dernier a débuté son intervention en évoquant un sujet « tabou », dont on parle à mots couverts dans le monde entrepreneurial : le retard technologique des entreprises !

En se basant sur quelques chiffres, Claude Malaison a soutenu que le vrai salut proviendrait de l’innovation ouverte, une sorte d’agora d’idées hors de l’entreprise. Faire appel aux anciens de l’entreprise, à ceux partis à la retraite, est une des solutions qui pourrait dynamiser la transformation innovante des entreprises.



Résumant son intervention par cette phrase : la collaboration est la clé de l’innovation, Claude Malaison a cédé la parole à Dominique Bernard, associé de PricewaterhouseCoopers. Ce dernier nous a présenté son enquête sur les collectivités locales. Comment l’innovation peut trouver sa transversalité au sein des territoires ? Les plans stratégiques numériques sont-ils la feuille de route des villes de demain ? En partant du constat que l’innovation n’est pas uniquement à la charge des DSI et que tout agent de la collectivité peut être un moteur dans ce processus, Dominique Bernard a rappelé que l’innovation n’est pas seulement liée à une approche organisationnelle, mais dépend surtout de la gouvernance des collectivités territoriales.



Jacques Mezhrahid, directeur de l'innovation de Sogeti, est ensuite intervenu pour évoquer avec le public, la question qui suscite de nombreuses réflexions : l’innovation : buzz ou réalité ?

En rappelant que l’innovation est au service des clients (entreprises, usagers, collectivités territoriales…etc.) et répond à de nouveaux modes de consommation, Jacques Mezhrahid a présenté la « trajectoire innovation de Sogeti », qui positionne l’innovation comme vecteur d’inspiration. Centrée sur les usages, l’innovation peut se développer si le partage est effectif et si l’on comprend que, comme dans n’importe quel processus, l’innovation a le droit à l’erreur.



La suite de la conférence a vu l’intervention de Frédéric Charles, en charge de la stratégie SI à la DSI de Lyonnaise des Eaux. L’occasion de revenir sur un point névralgique du débat : pourquoi les DSI n’innovent pas ?
Rassurant l’auditoire, Frédéric Charles a rappelé que les méthodes entrepreneuriales sont encore trop industrielles, que les DSI manquent de budget, et ne laissent que très peu la place à l’innovation de rupture, celle qui ouvre vers l’avenir. Alors comment faire ?
Frédéric Charles a résumé le projet Dynamo, chez La Lyonnaise des Eaux, une sorte de laboratoire au sein de la DSI, entièrement dédié à l’innovation. Retrouver l’esprit start-up, créer des réseaux, et surtout, laisser place à l’inspiration en créant des communautés d’idées, des partages…L’innovation n’est donc pas seulement un critère à remplir pour une entreprise. Telle que présentée par Frédéric Charles, l’innovation c’est juste prendre confiance dans les idées et ne pas craindre l’échec.
Une intervention qui n’a pas manqué de conquérir l’adhésion de l’auditoire du CAPC.



Une table-ronde, animée par Claude Malaison et rassemblant les intervenants de la matinée, a conclu cette conférence sur l’innovation et les entreprises. L’occasion de revenir sur plusieurs points abordés lors de cette matinée: contourner les verrous des entreprises, prendre compte de l’importance des réseaux sociaux, partenaires primordiaux de l’innovation, en tant que véritables lieux d’échanges, et ne pas craindre l’échec.
La table-ronde s’est terminée sur cette assertion, souvent employée lors de la conférence : pour innover, il faut transgresser ! 

Retrouvez la Conf' en gazouillis :

AddThis Sharing

Hide
Show