Refermer le menu

SDBX5 : Innovation et optimisme - Interview d'Alain Juppé

infos pratiques
SDBX5 : Innovation et optimisme - Interview d'Alain Juppé

A l'occasion de la conférence de presse de la 5eme Semaine Digitale de Bordeaux, Alain Juppé a répondu à nos questions.

Q : Peut-on dire que "le capital humain est à l'honneur" à l'occasion de la 5eme Semaine Digitale ?

Les nombreux étudiants, entrepreneurs et salariés présents ici même aujourd'hui sont un témoignage de l'importance que nous accordons aux qualifications, aux métiers qui ont de près ou de loin un rapport avec la notion d'innovation. La Semaine Digitale met également à l'honneur des notions plus subjectives, telles que l'enthousiasme, l'optimisme, l'envie de tenter, qu'il s'agisse de tenter un projet d'étude, de se lancer dans la création d'une entreprise, ou d'un projet associatif.

Q : Les établissements d'enseignement ont-ils un rôle dans cette mobilisation ?

La Semaine Digitale mobilise une trentaine d'écoles et d'établissements supérieurs de la Métropole Bordelaise. Je me réjouis de la participation particulièrement forte de l'Université de Bordeaux et de l'Université Bordeaux Montaigne et de nombreuses écoles de Campus Chartrons, sans oublier plusieurs formations d'adultes. Les étudiants et leurs enseignants seront à l'honneur à l'occasion de la Nuit de l'Innovation. Je tiens d'ailleurs à saluer les efforts continus réalisés avec le Rectorat de Bordeaux pour associer également collégiens et lycéens à la Semaine Digitale. Les lycéens, et les lycéennes, devrais-je préciser, car comme vous le savez, la féminisation des métiers du numérique reste encore aujourd'hui un défi. La journée d'ouverture de la Semaine fera d'ailleurs une place particulière à la question des femmes et du numérique.

Q : Plus largement, l'éducation "augmentée avec le numérique" a toujours eu une place prépondérante dans la Semaine Digitale, dès sa première édition...

L'éducation est la clé de notre futur, et le numérique peut contribuer à l'améliorer, sous certaines conditions. Bordeaux a mis en place un dispositif de déploiement des tableaux numériques dans les salles de classe, qui se poursuit aujourd'hui avec une expérimentation progressive des tablettes. Au-delà du matériel, le numérique nous oblige à nous poser les bonnes questions : quelle évaluation fait-on des innovations pédagogiques ? Quelle formation des enseignants met-on en place pour accompagner les pratiques, repérer les usages pertinents et les généraliser ? En soit, comme le rappelait une récente étude de l'OCDE, le numérique n'a pas d'effet. Et pour avoir du sens, il doit être mis au service d'une problématique pédagogique précise (je pense à l'usage du numérique pour certaines opérations dans l'apprentissage des langues étrangères). Des exemples de ces usages pertinents, et des innovations touchant à tous les aspects de notre vie, seront exposés sur le Village de l'Innovation.

Q : L'art Digital occupe une place accrue cette année !

Nous nous trouvons aujourd'hui dans les locaux de Cap Sciences, qui participe à ce volet artistique de la Semaine Digitale. Des propositions étonnantes attendent nos visiteurs, dans une programmation particulièrement riche, qui culminera à la fin de la Semaine avec une soirée au Rocher de Palmer. L'occasion de rappeler que la Semaine Digitale a pris elle aussi le chemin de la métropolisation, à Cenon mais aussi dans 7 autres villes du territoire métropolitain.

Q : Une nouveauté de cette édition : la conférence "Transformation de nos organisations". 

Vous le savez, les institutions publiques et privées sont sommées de se transformer de plus en plus rapidement pour s'adapter, et dans le cas de nos institutions publiques, "faire mieux avec moins". Cette conférence sera l'occasion de revenir sur plusieurs de ces transformations, et d'évoquer, dans le cas des Métropoles, la place qu'occupe le numérique dans la transformation plus générale de leur organisation. Cette place est prépondérante au sein de Bordeaux Métropole, avec la création d'un grand service commun du numérique au service des directions métropolitaines et des villes de notre territoire, pour leur permettre de développer des politiques numériques au service de leurs administrés.

Q : La Grande Jonction revient pour la troisième fois au sein de la Semaine Digitale, avec la FrenchTech, vendredi 8 Avril, avec la présence d'un porte-parole de l'innovation particulièrement apprécié à Bordeaux, Nicolas Gaume. Quel est le message de cette manifestation ?

Education, projets innovants, art digital, égalité homme-femme, lien social : la révolution digitale nous amène à revisiter toutes les questions de notre société. La croissance des entreprises et le développement de nos territoires font partie de ces questions essentielles et la Grande Jonction cette année rappellera, avec des exemple concrets, l'importance de l'innovation pour le renouvellement de nos entreprises, leur capacité à devenir et rester des leaders, à épouser les nouvelles tendances et à les anticiper pour créer des emplois. Cette année, la Grande Jonction s'intéresse comme l'an passé à la "numérisation de l'économie" et explore aussi le rôle croissant du design de service et d'expérience dans la création de produits et de services nouveaux.

AddThis Sharing

Hide
Show