Refermer le menu

Une soirée sur le crowdfunding sous le signe de l'innovation

infos pratiques
Une soirée sur le crowdfunding sous le signe de l'innovation
La plateforme de financement participatif Happy Capital et Darwin Eco-système ont organisé une soirée du crowdfunding le 11 juin dernier. Ce moment avait pour objet de réunir des porteurs de projet et des investisseurs tant au niveau du capital financier que du capital humain, dans le cadre agréable du Magasin Général de Darwin.
L'éco-système bordelais Darwin et Happy Capital, plateforme permettant le financement participatif, ont organisé une soirée sur le crowdfunding dans le Magasin Général de Darwin le 11 juin dernier. Placé sous le signe de l'innovation, la solidarité et la collaboration, l'événement a permis de redéfinir les processus de financement, désormais plus collaboratifs et participatifs, que voit se déployer la ville de Bordeaux, place majeure du crowdfunding en France.

 

Crowdfunding : le financement par la foule

Etonnament, le crowdfunding a permis de financer des projets que nous connaissons bien aujourd'hui. La Statue de la Liberté, sculptée par Auguste Bartholdi au 19ème siècle, a pu s'installer sur l'île de Liberty Island grâce à de nombreux contributeurs lambda !
Après une médiatisation travaillée en France et aux Etats-Unis, l'artiste a pu récupérer les fonds nécessaires en 1880, grâce à des centaine de milliers de citoyens français et américains.

Le terme « crowdfunding », - littéralement 'financement par la foule' -  prend tout son sens lorsque l'on imagine un grand nombre d'investisseurs pouvant permettre la réalisation de projets d'envergure.

Si le crowdfunding obtient tous les mérites en ces temps de crise, il n'est pas pour autant une nouveauté dans le monde de la finance. Aujourd'hui, en France, on compte énormément de structures oeuvrant pour le financement participatif.

Zoom sur Happy Capital, site de crowdfunding

Happy Capital, structure organisatrice de l'événement s'adresse à des porteurs de projets bien précis.
Philippe Gaborieau, le fondateur, est revenu sur les caractéristiques de l'entreprise solidaire et sur les projets qui sont en train de voir le jour chez elle.

NB : L'entretien s'est déroulé au milieu de la foule, à Darwin :-)



Philippe Gaborieau est ainsi revenu durant la soirée sur trois formes de financements solidaires existants.
  • Le don s'apparente à un financement « solidaire », sans espérer une quelconque récompense.
  • Le prêt permet à la foule de prêter de l'argent, en attendant un remboursement futur
  • L'achats de titres – crowd-investing – permet à chaque investisseur de prendre des parts dans l'entreprise. L'investissement se veut participatif, équitable et collaboratif.

Le crowdfunding connait une croissance exponentielle depuis des années maintenants. Cette forme de financement se développe partout dans le monde, engendrée notamment par les différents contextes de crises économiques qui se sont succédés.



La finance innove et les projets aussi

Jean Pierre Gérault, du Comité Richelieu – association française des PME oeuvrant pour l'innovation et la croissance – a abordé cette troisième révolution industrielle que nous vivons depuis une trentaine d'année par l'apparition des microprocesseurs. « Notre crédo au sein du Comité Richelieu est de diffuser la culture de l'innovation dans tous les écosystèmes » a indiqué Jean Pierre Gérault. Le cœur de leur travail est de contribuer à l'amélioration du financement de l'innovation.

L'économie numérique ayant explosé dans les années 2000/2010, a participé amplement à l'apparition d'une économie virtuelle, représentant « plus de 6 fois le PIB mondial ». Si les faillites ont été importantes ces dernières années, le passage d'une époque à une autre a été facilité par cette bulle Internet.

Jean Pierre Gérault nous annonce une accélération de la prise de pouvoir du citoyen par le numérique, remettant en cause le système précédent voire obsolète. « Dans 5 ans, nous aurons 10 fois plus d'objets connectés » prévoit Jean Pierre Gérault. D'où ce « besoin de redéfinir de nouvelles formes de capitalisme, dans lesquelles les valeurs de co-création, partage et respect de l'environnement auront leur place ».

Ce développement économique et ce déploiement d'innovations – tant dans les projets en construction que dans les nouvelles formes de collaboration – contribueront à ce changement de société que les intervenants de la soirée espèrent.

Entreprises bordelaises cherchent investisseurs

Cinq projets présentés durant la soirée, sont issus de l'économie numérique et/ou responsable.
Ancrés dans le domaine de l'innovation digitale, de la co-création et de la solidarité, ces créateurs d'entreprise espèrent récolter de quoi financer leur plan d'actions.

 
 
Le projet de Laurent Aigon : un simulateur de vol.
Capitaux recherchés : 300 000 €
Plus d'infos : cliquez ici !
Le projet de Philippe Barre
et de l'équipe de Darwin : ouverture de son capital
Capitaux recherchés : 920 000 €
Plus d'infos : cliquez ici !

 
Le projet de Jean François Pinson : Rendre la mode
sur-mesure accessible
Capitaux recherchés : 250 000 €
Plus d'infos : cliquez ici !
Le projet de Sabrina Grimaldi et Jean Pierre Gérault :
le développement de la plateforme communautaire
de services d'édition et d'impression numérique
Capitaux recherchés : 200 000 €
Plus d'infos : cliquez ici !

 
 



Le projet de Luc Lafon et Patrick Henry : l'investissement en régions
pour le développement de l'économie locale.
Capitaux recherchés : 250 000 €
Plus d'infos : cliquez ici !



Bordeaux est une place importante du crowdfunding en France, qu'on se le dise !
La ville contribue à la co-construction d'un monde solidaire, éco-citoyen et collaboratif et est en accord avec les valeurs qui fondent ce genre de projet !







AddThis Sharing

Hide
Show