Refermer le menu

Ludosens : une initiative pour accompagner la différence

infos pratiques
Ludosens : une initiative pour accompagner la différence
Cette initiative, doublée d’une plateforme numérique, souhaite compenser les troubles appartenant au spectre autistique, mais aussi les dysphasies/dyslexies par une approche très complète. Pour mieux comprendre les ambitions de ce projet, une série de questions ont été posées pour l’heure à Priscilla Laulan-Carret, co-fondatrice de Ludosens.
 

S’INSCRIRE A LA NUIT DE L’INNOVATION

Ludosens en quelques mots ?

C’est une proposition destinée avant tout aux familles intéressées par les pédagogies alternatives, ou concernées par la différence de leur enfant (troubles « dys », situation de handicap, enfants dit précoces, hypersensibles, etc).
Elle est également destinée à tout professionnel (structure spécialisée du genre ITEP, SESSAD ou orthophoniste, psychomotricien, ludothèque spécialisée ou non) travaillant dans le domaine de la rééducation et étant intéressé par ce type d'outil ludique pour leurs pratiques professionnelles.

Quelle est votre approche ?

Ludosens souhaite démocratiser les outils ludiques à fort potentiel éducatif, soit parce qu'ils travaillent une compétence particulière, soit parce qu'ils sont adaptés au handicap, grâce à l'économie du partage, de deux manières :
- En permettant l'achat et la vente d'occasion aux parents et aux professionnels,
- Mais également en prêtant ce type de matériel aux structures individuelles et collectives de la petite enfance ainsi qu'aux écoles maternelles.

Pourquoi ?

Pour aider ces structures à recevoir dans de bonnes conditions les enfants en situation de handicap. De nombreuses structures d'accueil petite enfance peuvent avoir un projet d'accueil d'enfants ayant une différence, et précisément ces outils pourront les aider à concrétiser ce projet d'accueil. Au-delà du prêt, des démonstrations et des sensibilisations seront proposées pour que ces outils ludiques soient utilisés au mieux. Pour les écoles maternelles, l'enjeu est d'aider à mettre en oeuvre la loi de février 2015, qui porte obligation d’accueil dans ces domaines. Des outils sensoriels ont toute leur place dans des classes de maternelles et serviront non seulement aux enfants ayant des troubles envahissant du développement mais également à tous les autres enfants.  

Vous conjuguez une approche inspirée partiellement de Montessori, où la substance et la matérialité des objets a une forte importance, et une plateforme numérique. A quoi sert cette dernière ?

La plateforme numérique Ludosens, au-delà de la vente et de l'achat d'occasion des outils ludiques, veut permettre la création de passerelles entre parents et professionnels (enseignants ou non). Comment ? grâce à des tutoriels en ligne sous forme de vidéos, qui permettront de guider ceux qui le souhaitent dans l'adaptation de certains jeux. La première vidéo portera sur l'adaptation des jeux à la déficience visuelle. Notre souhait est de valoriser l'expertise d'usage des parents qui accompagnent leur enfant pas à pas. Grâce également à un forum d'entraide qui verra très bientôt le jour où des groupes de discussion pourront se créer autour de questions spécifiques (quels outils ludiques pour les troubles dyspraxiques etc.)














Elle intéresse aussi les parents ?

En effet, les parents acquièrent beaucoup de compétences et connaissances tacites à travers leur relation à leur enfant, relation qui à la fois nourrit leur appropriation du jeu et s’en nourrit. Ces savoirs tacites sont constitutifs d’une expertise d’usage qui n’est pas toujours facile à formuler (à la différence de l’expertise fondée sur des connaissances explicites) et dont l’étendue dépasse souvent la conscience qu’en ont ceux qui la détiennent. En plus des jeux à partager en tant qu’objets, les expériences de leur appropriation et mise en œuvre méritent d’être partagées : entre parents, afin de faciliter leur appropriation, mais aussi avec d’autres parties-prenantes.
Pensez-vous que la problématique que vous défendez peut avoir une utilité au-delà des univers éducatifs dans lesquels vous êtes déjà insérée ?
J'ai la conviction que de l'initiative Ludosens, peut faire émerger davantage de dialogue entre des réseaux d'acteurs qui n'ont pas l'habitude de travailler ensemble. Le jeu peut aboutir à plus de cohésion sociale, à plus de mixité sociale. Il peut être un facilitateur, un prétexte à la rencontre d'univers. Notamment parce qu'il dépasse les idéologies, il s'agit d'objets concrets, palpables. Si Ludosens peut aider à démystifier certaines différences comme les Troubles du Spectre Autistiques, et participer à un mouvement d'ouverture de la société, vis-à-vis de la différence, du handicap, ce sera un pas très important.

Comment voyez-vous le développement de Ludosens ?

La plateforme numérique a un rayon d'impact national. Nous espérons qu'elle pourra être un outil réellement utile aux parents et aux professionnels, tant pour l'accès aux jeux éducatifs de qualité que pour les discussions d'entraide et d'échange de conseils.
Pour les autres activités, nous souhaitons ancrer la démarche en Gironde avec tact, rigueur et enthousiasme. Une vingtaine de mallettes de jeux sensoriels, notamment adaptés aux troubles autistiques et à la déficience visuelle seront prêtées à la rentrée de septembre 2016.
Si cette démarche est inspirante et peut essaimer dans d'autres territoires, nous en serons très satisfaits.

Merci à Prescilla Laullan-Carret. Retrouvez LUDOSENS à 23h30 pendant la Nuit de l’innovation au H14 le 7 Avril 2016 à Bordeaux

Plus d'informations sur le site de Ludosens

S’INSCRIRE A LA NUIT DE L’INNOVATION

AddThis Sharing

Hide
Show