Refermer le menu

Mégane Lemiel : franchir le pas et oser l'aventure de l'étranger

infos pratiques
Mégane Lemiel : franchir le pas et oser l'aventure de l'étranger
© Photo:  François Matthys

Mégane Lemiel interviendra pendant la table ronde "Oser l’aventure de l’étranger, faire vivre sa passion sur le web, sauter le pas de l’entrepreneuriat..." à la
Nuit de l'innovation.
Nous lui avons posé quelques questions sur son parcours et son experience: 

 

Bonjour Mégane, vous participez à une table ronde sur le sujet : tenter l’aventure de l’étranger. C’est loin d’être une démarche évidente pour beaucoup de jeunes talents de notre région. Selon vous, est-ce que l’on se censure trop sur le sujet ?​

Tout d'abord, je ne trouve pas que l'on "censure" le sujet, juste qu'il est peu abordé. J'ai eu l'occasion de partir à l’étranger dès ma majorité suite à une proposition de mon agence de mannequin qui travaille en partenariat avec des agences étrangères. Sans cela, franchir le pas m'aurait semblé plus difficile car je serais partie totalement vers l'inconnu avec des questions comme celles de trouver un logement, se retrouver complètement seule, être sûre de travailler assez... Aujourd'hui j'aborde ces questions différemment puisque j'ai des contacts dans les différentes villes où j'ai pu aller. J'ai découvert sur les réseaux sociaux (surtout sur facebook) des groupes d'entraides pour les personnes s'installant à moyen ou à long terme à l'étranger. Ces groupes peuvent nous aider sur les démarches administratives, pour trouver un logement mais aussi pour se sociabiliser. Ils peuvent aussi servir pour l'apprentissage de la langue locale qui peut parfois être une barrière.


Londres : qu'est-ce que cela vous a apporté ? Un état d’esprit ? Des expériences ? Des contacts ; tout cela à la fois ? 

Londres a été une belle découverte car j'ai pu y aller plusieurs fois avec à chaque fois une expérience différente. La toute première fois, lors d'un voyage scolaire, j'ai pu appréhender une ville et une culture inconnue. J'étais avec des personnes "proches" et dans une famille anglaise ce qui a facilité mon intégration. Le deuxième voyage était complètement différent. J'y suis allée dans un contexte professionnel, Apparence m'a intégré dans une des meilleures agences londoniennes quand j'avais 19 ans. Je revenais juste de la jungle New Yorkaise. J'étais logée chez un couple et pas dans un appartement de mannequin (c'est souvent le cas chez les jeunes mannequin afin de garder un environnement plus "familial"). Ils m'ont fait découvrir la vraie ville londonnienne et sa culture. Il est nécéssaire lorsque l'on part à l'étranger pour travailler ; de s'obliger à s’imprégner de l'atmosphère de la ville, de s'intégrer et de s'adapter à son rythme. Quand je suis repartie à Londres cet été, j'ai repris contact avec ce couple qui m'a aidé au début. J'ai ensuite préféré trouver un logement par moi même plutôt que d’aller dans un appartement de mannequin. J'étais en colocation avec des personnes de différentes nationalités, toutes venues tenter leur chance à l'étranger. Je garde d'ailleurs contact avec ces personnes. Ces échanges me permettent de conserver une ouverture d'esprit, découvrir de nouvelles valeurs et d'enrichir ma culture.
Londres est vraiment une ville que je recommande même si  la vie y est très chère. C'est une ville électrique qui offre beaucoup d'opportunités. Je compte y retourner et m'y installer un peu plus longtemps.

L’envie d’aller à l’étranger se rencontre de plus en plus dans des secteurs très divers : innovation numérique, design, marketing mais aussi mode et dans votre cas mannequinat. Partir, est-ce se condamner à ne jamais revenir ?

Voyager permet de se détacher de ses apriori, de ses préjugés et de prendre du recul. Lorsque l'on part, on est obligé de construire quelque chose de nouveau. Les liens que l'on créés, sont plus forts. Je me retrouve souvent avec des personnes vivant la même expérience que moi. C'est à nous de saisir cette chance et de faire en sorte que notre expérience soit positive. J'ai fait quelques voyages qui ont été plus difficiles mais qui m'ont permis d'apprendre. Partir travailler à l'étranger est complètement différent du fait de partir en vacances. On vit les choses plus intensément. Mais je ne dirais pas que je partirai pour ne jamais revenir. Au contraire, on apprécie d'autant plus de revenir chez soi, là où on sont nos repères. Partir à l'étranger serait plus une expérience à vivre pour mieux revenir. Je ne sais pas encore quand je reviendrai à Bordeaux car pour l'instant j'ai encore envie de découvrir, de voyager dans des pays que je n'ai pas encore visités


Retrouvez le témoignage unique de Mégane Lemiel à l’occasion de la Nuit de l’innovation pendant la conférence "Oser l’aventure de l’étranger, faire vivre sa passion sur le web, sauter le pas de l’entrepreneuriat..." à 23h30

 

AddThis Sharing

Hide
Show